Fiche: La science d'avant-garde

La science d'avant-garde
Source: Macro Editions

Des interviews scientifiques et de l’art de les lire

« L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’Univers entier s’arme pour l’écraser… »

Blaise Pascal

 

Vous avez devant vous les couleurs du premier volume de La Science d’avant-garde : son titre, une liste de personnages interviewés, et un symbole graphique : la double hélice d’ADN qui couronne dans un éclat de soleil notre planète Terre. Bref : l’homme, face à l’Univers dans tous ses états.

Comme on ne déguste bien les mots scientifiques que si nos influx nerveux s’électrisent, bercez un instant la couverture de ce livre, laissez votre imagination s’infiltrer au coeur de ce qu’elle symbolise, ceci va permettre à vos neurones d’accélérer la sécrétion de dopamine. Puis feuilletez-le livre. Des titres vont fouetter au hasard votre mémoire. Que sais-je… Écologie et systèmes vivants… ou Vies parallèles ou mondes multiples?… ou encore Voyage dans le champ quantique… Pour finir, prenez connaissance de la table des matières. Elle enchante. C’en est fait, sa lecture est déjà en route. Cette mise en bouche accomplie, il ne vous reste plus qu’à avancer. Le symbole graphique s’est mué en une large piste où clignotent, tels des étoiles, de captivants discours.

Hyperespace… le vertige ?

Vous ne faites pas partie des initiés aux grandes théories scientifiques ? Qu’à cela ne tienne. Vous voici dans un moment de grâce qui va illuminer votre esprit, et par là vous rendre plus fort, plus sûr de vous. Connaître – ou mieux connaître – qui sont ces grands noms des sciences de dernière génération, lire ce qu’ils disent, va vous galvaniser.

Vous faites partie des initiés ? Les mots de la pensée métaphysico-scientifique vont prendre une résonnance particulière, plus authentique, comme si vous vous trouviez avec leurs auteurs, car l’interview a le poids de la présence, de l’inédit… alors, quelle aubaine cette sélection !

Ce qui va vous frapper dès les premières pages, je vous le dis, c’est la qualité du binôme interviewé/intervieweur, c’està- dire de la demande et de la réponse, dans ce sens que l’on perçoit immédiatement le sérieux des propos, la solidité de l’argumentation, la richesse du développement. De ce premier volume, on aime la variété des thèmes qui gravitent autour du concept de « la vie partout ».

Car c’est avec le mot de Masuru Emoto, un chercheur autonome, un « ensorcelé » de l’eau, de sa cristallisation et de sa nature vibratoire, que je vais planter le décor : « Sûrement, la vie est partout, dans le monde organique et inorganique… percevoir la vibration partout, même dans un caillou que nous trouvons sur la route. »

Oui, on aime cette idée de vie partout ! Alors, quoi de plus logique que les sciences s’y intéressent ? Tellement, qu’un physicien de l’énergie chevronné comme Fritjof Capra s’est ouvert un autre horizon scientifique pour cibler la société, étudier comment les sciences peuvent se rapporter à ses changements en cours et à ses nouvelles valeurs. Intarissable lorsqu’il s’agit de développement durable, il exprime une passion quasi affective envers « la caractéristique exceptionnelle de la biosphère […] à soutenir la vie ».

Cette disposition à servir la vie est un trait commun à nombre de ces passionnés, mais le véritable fil conducteur, le fil qui guide leur ardeur à travers la mosaïque de leurs recherches, à travers les multiples voies qui se croisent et se dénouent dans des théories qui stupéfient par leur logique, leur principes et leurs lois, c’est de comprendre le monde.

Partant de la plus humanistique disposition à servir la vie, le problème éthique des scientifiques se pose d’emblée. Macro et micropollution ont la part belle dans les premières interviews. Face aux désastres écologiques dus aux égoïsmes de la croissance économique et des sciences politisées, un autre physicien, Francesco Calogero, s’est largement investi dans des initiatives en faveur du désarmement nucléaire. Mais le décor, c’est aussi la pollution de l’organisme humain. De vilains mots la dépeignent sous la plume de Valerio Pignatta : « goudron minéral, colorants synthétiques, toxines dérivant d’aliments, oncovirus », lesquels se résument en un seul mot : cancer. Le docteur Schreiber – qui soutient et divulgue la méthode de l’infatigable physiologiste Hulda Regehr Clark, laquelle a passé trente années à mettre au point un traitement naturel contre ces oncopoisons – parle du combat de celle-ci et des guérisons obtenues.

 

Qu’est-ce qui pousse l’homme à ce besoin de savoir, à cet appel contagieux à théoriser sur les origines de l’Univers ?
Ne serait-ce pas l’espoir de réussir à codifier la possibilité de s’offrir des existences multiples ?

 

Du décor à la scène, du principe de vie à l’existence, ce beau titre du dernier livre de David Icke Infinite love is the only truth (« L’amour infini est la seule vérité ») vous lance dans l’infini à la compréhension du monde, et de l’homme face à l’Univers dans tous ses états.

Aussitôt, sur le devant de la scène surgit la mère des questions : qu’est-ce qui pousse l’homme à ce besoin de savoir, à cet appel contagieux à théoriser sur les origines de l’Univers ? Ne serait-ce pas l’espoir de réussir à codifier la possibilité de s’offrir des existences multiples ?

Fascinante équation que celle des mondes multiples. Leid Validman en donne une explication claire. On aime cette idée : que lorsque nous menons une expérience quantique, un monde parallèle se crée. Nous créons une infinité de mondes. Où se trouvent-ils, ces mondes que nous créons ? « Ils sont tous dans notre espace tridimensionnel et vivent en parallèle.» Et que se passe-t-il par effet du temps ? Les questions s’intriquent parfois en paradoxes, s’agit-il de succession d’instants présents ? De superpositions de ces instants ? Dudit « multivers », les théories se diversifient et pour en comprendre davantage…

Roulement de tambour : ce mercredi 4 juillet (2012)« le boson de Higgs » serait découvert avec 99,9999 de certitude déclarée… La pièce manquante de la théorie des cordes, nous clame-t-on ! … Voici une nouvelle qui arrive à point nommé ! La lecture de l’interview menée par l’éminent astrophysicien Massimo Teodorani (ex-CNR) qui demande à l’éminent physicien théoricien Michio Kaku… « en quoi la théorie des supercordes représente une révolution dans le panorama de la physique théorique contemporaine […]. Comment parvient-elle à unifier toutes les forces de la physique ? » va prendre une tout autre saveur, vous transporter à la théorie du Tout, au rêve d’Einstein. Pratiquement réalisé par la théorie des cordes, qui serait, nous dit Michio Kaku, la seule théorie à être parvenue à unifier relativité et théorie quantique. Par ailleurs, il précise que « … au CERN depuis 2010 […] nous espérons parvenir à produire, comme le prévoit la théorie des supercordes, de nouvelles et d’étranges particules appelées “sparticules” ou super-particules. »

N’empêche, le fatidique 0,0001 reste, et avec lui, le rêve et la créativité, la science et les théories sur l’Univers. Alors… tous neurones bouillonnant rendez-vous au coeur des grandes théories.

On y aime l’idée de considérer le monde comme un Tout, de ne pas en être des parties séparées, d’en tirer la possibilité de pouvoir nous contrôler et de contrôler notre milieu. Deepak Chopra l’affirme : « Nous n’existons pas dans le monde. Le monde est en nous. […] Nous produisons tout : le mental, le corps et tout l’Univers. » Si l’environnement et notre histoire ont une influence sur nos gènes, alors utiliser la force de l’esprit prend tout son sens. L’épigénétique, ça vous dit quoi ? On aime les fascinantes perspectives des « croyances » reprogrammées de Bruce Lipton, et de la « matrice divine » de Gregg Braden. La force de l’esprit conscient… Tous les deux font chorus pour dire que là est « le code qui nous donne le pouvoir de créer, de guérir, et d’amener la paix et la joie dans notre vie ».

Sans doute les lecteurs les plus audacieux se complairontils davantage à se perdre dans la matière noire, ou dans le mystère de l’énergie du vide, où encore à flotter – comme notre Univers s’il se révèle être « une espèce de membrane » – dans l’hyperespace à onze dimensions de Kaku. Sans doute, dotés d’une bonne dose de sang-froid, d’un parfait self-control, affronteront-ils la matrice de David Icke, c’est à dire le « monde illusoire », avec cette double prise de conscience : la manière dont il est effectivement contrôlé et les méfaits de notre subconscient. Écouter David Icke, c’est toucher la génialité pensante. Penchée sur mon ordinateur, concevoir l’Univers comme un « internet holographique » ne me semble pas si abstrus.

Je me suis un peu trop étendue, la faute en revient au caractère captivant de ce volume. Sur ces mots, je ne puis que lever le rideau. Les trois coups ont sonné. Place aux acteurs eux-mêmes.

Françoise Vital
Traductrice et écrivain

La science d’avant-garde

La science d’avant-garde

AA VV
Macro Éditions

  • Prix éditeur: 7,90 €
  • Prix: 7,50 €
  • Économisez: 0,40 € (5%)
L’homme, face à l’univers dans tous ses états

Quand la passion pour les sciences transcende le processus de ...
La science d’avant-garde - EBOOK

La science d’avant-garde - EBOOK

AA VV
Macro Éditions

Prix: 6,99 €
L’homme, face à l’univers dans tous ses états : Eau vivante, Mondes multiples, Oncovirus, SynchroDestin, Supercordes, Superparticules

Quand la passion pour les sciences transcende le processus de ...

recherche

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

NOUVEAUTE MACRO

E-BOOK MACRO

CATALOGUE MACRO

auteur a l'affiche

editeur a l'affiche

Nos collections Macro Éditions :

Art de Cuisine | Développement Personnel | Nouvelles Pistes Thérapeutiques | Science et Connaissance | Vérités Cachées | Savoirs Anciens | Macro Junior | Le Jardin d'Ève | Nos E-books

© 2007 - 2016 Macro Livres
by Nimaia & Gruppo Editoriale Macro